20 novembre, journée mondiale des droits de l’enfant

« Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. » Koffi Annane – Secrétaire général des Nations Unies

La Journée mondiale des droits de l’enfant est née suite à l’adoption de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) par l’Organisation des Nations Unies (ONU), le 20 novembre 1989. Celle-ci reconnaît aux enfants les droits fondamentaux que sont la protection, la santé, un développement harmonieux, la culture, le jeu, l’éducation et le droit de faire entendre leur voix. Cette convention a été ratifiée par 192 états membres des Nations Unies sur 193. Seuls les Etats-Unis ne l’ont pas ratifiée.

L’adoption de la CIDE découle de la Déclaration des droits de l’enfant en date du 20 novembre 1959. L’enfant est reconnu, universellement, comme un être humain qui doit pouvoir se développer physiquement, intellectuellement, socialement, moralement, spirituellement, dans la liberté et la dignité. Elle considère que l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance. Elle reconnait notamment à l’enfant le droit d’avoir dès sa naissance un nom et une nationalité.

Malgré ces textes, les droits de l’enfant sont loin d’être garantis encore aujourd’hui dans le monde. Le respect et l’application de ces droits restent problématique dans les pays touchés par la pauvreté ou des conflits. Les états membres des Nations Unies ne respectent pas toujours ce à quoi ils se sont engagés en signant la convention. Ainsi, en 2019, plusieurs millions d’enfants n’ont pas accès à l’éducation et se trouvent dans des situations sanitaires très difficiles. De plus, on estime à 300 000 le nombre d’enfants soldats dans le monde.

Les ateliers relais aident au quotidien les élèves à prendre conscience de leurs devoirs dans la société mais aussi de leurs droits pour leur permettre de devenir des citoyens responsables et respectueux de l’autre. Comment?

  • En travaillant avec les élèves sur les notions telles que le savoir-vivre ensemble ou la solidarité;
  • en les sensibilisant aux différentes formes de discrimination;
  • en leur permettant de découvrir les différents acteurs de la justice et la place de la Loi et des règles de vie dans notre quotidien;
  • en favorisant par le biais de groupes de réflexion, de concours d’éloquence et autres temps d’échange l’écoute et l’acceptation de la parole de l’autre;
  • en les incitant à proposer des initiatives citoyennes au sein du collège.

Pour aller plus loin:

Unicef France -Droits des enfants dans le monde
Allo enfance en danger, composer le 119 (24h sur 24, 7j/7).

16 novembre – journée internationale de la tolérance

« Qu’est-ce que la tolérance ? C’est l’apanage de l’humanité. Nous sommes tous pétris de faiblesses et d’erreurs ; pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c’est la première loi de la nature » Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764

L’Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 16 novembre Journée internationale pour la tolérance par sa Résolution 51/95 du 12 décembre 1996. 

Cette décision faisait suite à l’adoption d’une Déclaration de principes sur la tolérance par les États membres de l’UNESCO le 16 novembre 1995. Ils y affirment notamment que la tolérance n’est ni complaisance ni indifférence. C’est le respect et l’appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d’expression et de nos manières d’exprimer notre qualité d’êtres humains. La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d’autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité ; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe. (sources : site de l’UNESCO)

La tolérance est une notion abordée tout au long de l’année au sein des ateliers relais car ils sont le lieu idéal pour sensibiliser les élèves à l’existence de cultures et de modes de vie variés différents du leur. Cette ouverture sur la diversité culturelle qui fait la richesse du monde dans lequel nous vivons favorise l’apprentissage de la tolérance et l’expression de la citoyenneté.

Kofi Annan fut le septième secrétaire général des Nations unies  de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il a reçu le prix Nobel de la paix.

#UNESCO #tolérance #journéeinternationaledelatolérance #toleranceday #paix #solidarité ; #fraternité